La cathédrale, le dragon et les livres

La cathédrale, le dragon et les livres

Cette semaine, il me tient à coeur de présenter trois ouvrages du patrimoine de la ville qui m’a vue grandir. Fribourg est une bourgade, un village à l’échelle du monde. Une cathédrale à cheval entre deux dialectes ; un Dragon dans les méandres de la rivière ; des crucifix contre les murs des écoles, le poids des traditions qui subsiste. 

 

Ma ville, certains ont osé la transformer en décor de livre. Témoignages ou romans, voici les quelques ouvrages typiquement fribourgeois qui ornent ma bibliothèque.

Michel Simonet, « Une Rose et un Balai ». Editions de la Revue Conférence, 2017. Première édition 2015.

Dans les ruelles de Fribourg, un des balayeurs prend toujours le temps d’orner d’une rose fraîche à son chariot. Un balayeur qui semble venir d’un autre monde, lui qui a étudié la théologie, puis a préféré revenir à un travail concret, pratique, dont l’utilité se démontre instantanément et qui permet à l’esprit de vagabonder : « tête libre et bras occupés me vont mieux que l’inverse. On pense et on se dépense à la fois ». Dans ce livre à mi-chemin entre le témoignage et le traité philosophique, le cantonnier si particulier défend son choix professionnel tout en rendant un hommage inédit à la ville qu’il aime, qu’il connait par coeur. Ses mots nous font voyager dans l’espace et le temps ; en nous ramenant aux lieux emblématiques du Fribourg d’autrefois ; en nous promenant dans la rue avec l’oeil de celui qui la nettoie, qui la range, qui a le temps de la scruter. Le cantonnier devient historien, journaliste, sociologue ; étymologiste d’une société cosmopolite laissant une partie de ce qu’elle est dans les poubelles publiques. 

Un délice pour tout ceux qui ont grandi ici, ainsi qu’une piqûre de rappel quant à l’utilité incontestable de ces professions peu valorisées. Et  pour ma part, après une dure journée de travail, une incitation implicite à se reconvertir dans un domaine « moins bien payé mais avec du sens ». 

Anne-Marie Francey, « Derrière la boulangerie » , Edition Faim de siècle, 2018.

L’auteure de 85 ans délivre dans cette autobiographie ses souvenirs de la vie d’une famille fribourgeoise dans les années trente et quarante. A cette époque, des grandes maisons pleines d’enfants qui s’animent au rythme du travail, des prières, des tâches domestiques, des naissances. Anne-Marie est la neuvième de la famille, fille d’un père boulanger et d’une mère alsacienne. Elle confie dans ce récit ses impressions de jeunesse, ses peurs, ses colères ; son quotidien, aussi, et les secrets de famille remontant à la surface au fil de sa plume qui lui ordonne de se souvenir. Il y a François, Anselme, Tante Odile, Tante Corinne, le chat Mitzi… Brides d’un monde pas si lointain, où les rapports humains sont régis par d’autres règles.

Un jour, elle décide de dévoiler au jour ses cahiers de souvenirs, rédigés de 1986 à 2016, et interpelle une amie en lui demandant : « lis, s’il te plaît, et dis-moi ce que tu en penses. Je me dis qu’elle pourrait peut-être aider d’autres personnes à traverser les difficultés rencontrées dans leur propre vie, à se relever de traumatisme véus dans leur enfance. » Le mot de la destinaire du récit écrit dans son épilogue : « En découvrant celle-ci, j’ai réalisé un peu plus… Qu’à l’époque, on obéissait aux parents. C’EST TOUT. … Que le piano face au balai ne faisait guère le poids dans les mains d’une femme. (…) Que la pièce peut se REJOUER des années plus tard, révélant des intonations nouvelles, un personnage un peu plus complet, un coin de chambre jusque-là resté dans l’ombre. »

Laurent Eltschinger, « Sur le plancher des vaches », Editions Montsalvens, 2021.

Laurent Eltschinger est documentaliste multimédia, fils d’un agriculteur fribourgeois du Gibloux, qui à l’aube de ses 50 ans se découvre une passion pour l’élaboration de polars du terroir. De son imagination est né Jean-Bernard Brun, inspecteur de police amateur de bon vin, enquête sur des faits-divers de chez nous depuis le bâtiment de la police fribourgeoise, place du Tilleul.

Les Editions Montsalvens ont publié cinq ouvrages signés de la plume d’Eltschinger dont « Sur le plancher des vaches », mettant en scène un paysan solitaire de Treyvaux au caractère bien trempé, témoin malchanceux du décès simultané de trois vaches laitières qu’il affectionne particulièrement. L’intrigue conduit l’inspecteur Jibé au-delà de ce petit bout de campagne, dans le canton de Neuchâtel, où trois corps cette fois humains ont été enterré en dix jours. Le passé de Conrad est-il en train de le rattraper ? Au-delà du charme de lire un roman qui se passe près de chez nous, l’enquête tiendra les adeptes des livres à suspense en alerte, tout en décevant peut-être les puristes de la littérature portant une attention particulière au style. Eltschinger a été finaliste 2023 du Prix du polar roman. 

Ne t’arrête pas de courir – Mathieu Palain

Ne t’arrête pas de courir – Mathieu Palain

« Je voulais qu’il change. Qu’il s’en sorte. Qu’il arrête de voler et qu’il devienne champion olympique du 400 mètres. Je rêvais. Je refusais de voir une réalité que pourtant il ne me crachait pas. Je savais qu’à son arrivée à Réau, le gradé l’avait convoqué dans son bureau. Pour blaguer, il avait lancé : « Oh là là, planquez tout, voilà Coulibaly! ». Les surveillants avaient ri, Toumany s’était assis et le gradé avait déroulé son speech: « Vous avez du talent, vous êtes intelligent, vous n’avez rien à faire en prison, vous devriez être dehors à défendre la France dans les grandes compétitions… » et pendant qu’il parlait, Toumany passait son bureau en revue en se disant, il faut que je lui pique un truc. Vingt minutes plus tard, il avait une télécommande universelle dans la poche. Il n’avait aucune idée de ce qu’il allait en faire, elle ne lui servait à rien. Il a fini par la donner à un détenu qui en avait assez de se lever pour changer la chaîne sur sa télé. J’aurais pu en conclure qu’il était irrécupérable. Mais un camé doit toucher le fond pour rebondir. »

 Il existe des livres absolument impossibles à lâcher, qui nous tiendraient éveillés la nuit. En exemple, le roman journalistique de Mathieu Palain, sur l’histoire incroyable mais vraie d’un sportif d’élite braqueur à ses heures perdues.

L’auteur est journaliste de formation et publie son premier roman Sale gosse en 2019 -un titre déjà immersif dans l’univers des banlieues françaises, dont il est issu. Attiré, dans ses reportages, par la thématique du milieu carcéral, il est également sportif amateur, passionné de football. Lorsqu’il apprend que Toumany Coulibaly, l’un des meilleurs espoirs de l’équipe de France de sprint, purge une peine de 30 mois pour vols et braquages avec récidive à la prison de Réau, il lui écrit un courrier, par hasard. Lui proposant une rencontre, afin de comprendre son histoire.

Au fondement de son interrogation, le paradoxe de combiner des entraînements requérant une discipline sans faille et une volonté de fer dans l’une des spécialités les plus exigeantes de l’athlétisme -le 400 mètres- avec une forme de kleptomanie avérée. Alors que des milliers d’espoirs brigueraient la place et le talent de Toumany, lui vend son rêve de médaille olympique pour poursuivre ses activités illégales.

Le roman commence par un entretien entre l’auteur et le détenu dans le décor glacial du parloir. Très vite, nous voilà immergés dans le récit de vie de ce jeune français d’origine malienne, issu de la deuxième France. Cette France des chansons de NTM; des communes où le taux de chômage dépasse les 50%. Où des familles migrantes composées de dizaines d’enfants s’entassent dans des cités-dortoirs. 

Le père de Toumany se lève à 4 heures du matin pour travailler dans une boucherie halal. Il a deux épouses et dix-huit enfants. « Ceux qui marchent occupent le garage transformé en dortoir. Des lits superposés ont été poussés contre les murs, laissant un couloir de quarante centimètres pour circuler. » Il décide de renvoyer son fils Toumany dans sa famille au Mali alors que ce dernier, adolescent, se fait exclure de l’école sur un malentendu. Le jeune oeuvre alors pour revenir dans son pays et se retrouve même incarcéré quelques temps dans une prison de Bamako. 

De retour en France, il se fait remarquer pour son don en sprint et rapidement, parcourt la fameuse distance du tour de piste en moins de 46 secondes (le record du monde est actuellement à 43’). Cela lui vaut le titre de champion de France en 2015, et une possibilité de concourir en Ligue de Diamant. La faille de ce récit extraordinaire réside dans la propension sans répit du protagoniste à dérober toutes sortes d’objets qui ne lui appartiennent pas. Sa mère dit, depuis son plus jeune âge, que son fils « a la main qui vole ». A l’âge adulte, il passe au second stade, celui des braquages à main armée.

Ainsi, l’enfance défavorisée de Toumany, combinée à une éducation laxiste et en prime, le traumatisme du transfert forcé dans un pays dont il ne parle pas la langue, pourraient servir d’excuse à justifier son profil de multirécidiviste. Toutefois, l’athlète cherche plus profondément en lui les réponses à l’éternel « pourquoi » de son comportement, question maintes et maintes fois explorée par ses amis, ses coachs, son épouse et plus tard Mathieu Palain. Tant de mains lui ont été tendues grâce à son statut de sprinteur d’élite… Un poste de comptable lui avait été proposé pour qu’il puisse subvenir à ses besoins. Et pourtant, le soir où il est censé fêté son titre de champion de France du 400 mètres dans l’insouciance, il se retrouve le visage masqué à braquer une pharmacie.

L’ouvrage est à la fois un roman de société, une réflexion sur la kleptomanie et une interrogation des frontières entre le bien et le mal. Surtout cette zone grise, dans laquelle se trouvent bien des détenus. Toumany s’est fait repéré par son profil atypique d’athlète, mais combien de profil similaire au sien se trouvent actuellement derrière les barreaux ? Ces jeunes de banlieue égarés, à la base pas des mauvais gars, mais tentés d’enfreindre la loi, pour des histoires de manque d’argent, d’influences. D’un besoin impérieux d’adrénaline, parfois. Mathieu Palain interroge également, au fil du récit, le pourquoi de son intérêt récurrent pour l’univers carcéral dans ses reportages. Il remonte pour cela à son enfance et son amitié avec une jeune femme basque impliquée dans des actes terroristes indépendantistes, purgeant une longue peine dans une prison pour femmes.

Le roman dépeint également le quotidien des sportifs de haut niveau dans un milieu qui ne génère pas d’argent; alors que des Kilian M’Bappé se retrouvent multimillionnaires avant 18 ans, les sprinteurs doivent eux avancer l’argent pour tout. Les camps d’entraînement, les billets d’avion pour la Diamond League, les nuits d’hôtel avant les compétitions… Trop fier pour admettre qu’il n’a pas de moyens, Toumany dort dans sa voiture, et le lendemain, court le 400 mètres dans des chronos affolants.

En fil rouge, nous trouvons aussi la relation d’amitié qui se noue entre l’auteur et l’athlète, d’autant que les avocats de Toumany la considèrent d’un mauvais oeil. Mathieu souhaite à tout prix que le sprinteur s’en sorte, ne récidive pas. Le lecteur aussi. C’est cet espoir de rédemption qui rend le roman si prenant et palpitant. A tout moment, on espère voir ce jeune talent se ranger, sortir, renouer avec ses rêves de médaille. Est-ce là le dénouement final du livre ? Pour le savoir, je ne peux que vous conseiller de le lire de toute urgence. 

2021, Editions de l’Iconoclaste 


Dans la peau d’une djihadiste – Anna Errelle

Dans la peau d’une djihadiste – Anna Errelle

La journaliste d’investigation du nom d’emprunt d’Anna Errelle délivre dans ce récit un témoignage inédit et affolant sur les filières de recrutement de l’Etat islamique auprès des jeunes. Spécialiste des questions de radicalisation, elle souhaite enquêter sur les méthodes des terroristes incitant des adolescents musulmans ou convertis à partir pour la Syrie dans la France d’avant le Bataclan. 

« L’épouser ?! Je déconnecte Skype, comme un réflexe de survie. Je descends mon hijab sur le cou, et je me tourne vers André, l’air aussi hébété que moi. Nous nous regardons, incapables de répéter autre chose que « oh putain! » en boucle. Parce que nous savons que nous pouvons tout arrêter maintenant, et que dans ce cas cette soirée ne demeurera qu’une anecdote parmi les nombreuses que nous comptons. Mais, bien sûr, nous n’agirons pas ainsi. Nous en voulons davantage…. C’est le but de l’investigation : toujours en savoir plus. »

Au début de l’histoire, une identité fictive sur le réseau social Facebook, qu’Anna utilise pour épier certaines vidéos de propagandes de combattants de l’EI après la prise de la ville de Mossoul, en 2014. Ce compte porte le prénom de Mélodie. De l’autre côté de l’écran, sur le territoire syrien, il y a Abou Bilel, dont la dernière vidéo de propagande a fait le tour du monde. Son intention en tant que chef de guerre est d’inciter des jeunes en mal d’amour à venir le rejoindre se battre ; il s’agira d’un clic fortuit en-bas d’une vidéo de propagande qui changera Mélodie en nouvelle cible de Bilel.

Attérée de voir un des leaders du Djihad entrer en contact avec elle plusieurs fois par jour, Anna se trouve à improviser la vie d’une adolescente française de 20 ans issue d’une famille monoparentale, convertie à l’islam, qui pose naïvement des questions à Bilel sur son rôle dans l’EI, ses prochaines batailles et ses motifs. Dans un langage naïf et rempli de fautes d’orthographes, elle le confronte aux informations diffusées dans les journaux sur la soif de sang du mouvement. Nous sommes à l’époque où Mohammed Merah passe dans le milieu pour un héros de guerre. L’égo gonflé à bloc par l’intérêt de la midinette, Bilel demande à la voir par Skype et ne s’aperçoit pas que la fille de 20 ans en a en réalité 35 derrière son voile. Deux jours après, il la demande en mariage et organise son départ pour le Shâm, la terre promise.

Le discours de Bilel envers sa petite fiancée d’Internet est à la fois une confession criminelle, une propagande maîtrisant l’art de la manipulation dans les règles et une pièce de théâtre de l’absurde, tant certains propos tombent dans le grotesque. Le prêcheur prépare des vidéos inventoriant son véhicule militaire à la manière dont on vante le mérite d’une nouvelle Citroën au Salon de l’Auto ; il blablate des heures sur le besoin d’un monde meilleur pour les croyants et la parole de Dieu, avant de rappeler à sa jeune épouse de prendre de la lingerie fine pour leur nuit de noce. A travers son écran, Anna découvre un profil psychologique instable, menteur et pédophile. Dans un français truffé d’arabismes, il débite sur le bonheur qu’elle trouvera au coeur d’un pays en guerre.

La journaliste retranscrit chacune des journées qu’elle endosse dans ce rôle qui lui fait peur autant qu’il l’épuise, mais qu’elle s’obstine à endosser, portée par une ambivalence que le lecteur peine parfois à comprendre. Son but ultime est de parvenir à la frontière turco-syrienne accompagnée d’un caméraman. La fin du témoignage a des allures de thriller psychologique alors qu’elle ne peut se regarder dans le miroir sans y voir Mélodie en ligne de mire. 

« Je perds beaucoup de temps à rentrer dans le jeu de séduction de Bilel pour gagner sa confiance. Quitte à avoir pris le risque d’entreprendre cette expérience journalistique, il serait frustrant de ne pas la vivre jusuq’au bout. (…) Personne, même pas André, ne perçoit l’exercice de schizophrénie maîtrisé dans lequel cette enquête m’entraîne. ».

Ce livre est un témoignage supplémentaire sur la manière dont les esprits faibles peuvent se laisser embrigader avec aisance face aux discours les plus farfelus, pour autant qu’ils parviennent à toucher leurs affects et revaloriser leur personne. Nous nous trouvons dans une des questions les plus discutés de notre histoire contemporaine : comment des massacres de peuples ont pu se faire avec le consentement des masses ?  Avec en prime, de nouveaux outils par l’avènement des réseaux sociaux offrant des contacts personnalisés entre prêcheurs et victimes.

La seconde thématique se porte sur les métiers du journalisme et leur avenir, dévoilant une facette de la profession aux antipodes de l’attaché de presse local rendant des comptes-rendus innocents sur la vie quotidienne. Les journalistes d’investigation vivent leur job comme un devoir sacré quitte à y laisser des plumes. Des héros contemporains, peut-être. Des masochistes en quête de sensation forte, parfois également? Nous ressentons, à travers la plume d’Anna, un besoin personnel d’adrénaline, de se confronter aux secrets indicibles et au danger, au-delà de l’envie de faire éclater des scandales pour rendre le monde meilleur. 

« Nous formons une grande famille. Une smala de torturés et touche-à-tout passionnés et dévoués à leur travail. »

Le sujet était brûlant à sa parution en 2015, alors que le phénomène se trouvait en pleine explosion ; sept années et un Bataclan plus tard, cette « mode du djihad » a des conséquences concrétisées dans les esprits ; ainsi, le livre n’a pas vieillit, mais se lit différemment. Pour ma part, il s’est dévoré.

Editions J’ai Lu, Poche, 2015

Mémoires d’une jeune fille rangée – Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée – Simone de Beauvoir

« J’avais décidé depuis longtemps de consacrer ma vie à des travaux intellectuels. Zaza me scandalisa en déclarant d’un ton provoquant : « mettre neuf enfants au monde comme l’a fait maman, ça vaut bien autant que d’écrire des livres. » Je ne voyais pas de commune mesure entre ces deux destins. Avoir des enfants, qui à leur tour auraient des enfants, c’était rabâcher à l’infini la même ennuyeuse ritournelle ; le savant, l’artiste, l’écrivain, le penseur créaient un autre monde, lumineux et joyeux, où tout avait sa raison d’être. C’était là que je voulais passer mes jours; j’étais bien décidée à m’y tailler une place. Lorsque j’eus renoncé au ciel, mes ambitions terrestres s’accusèrent : il fallait émerger. ».

La réputation de Simone de Beauvoir en figure du début de la lutte pour l’égalité m’a donné envie de me plonger dans le volume de ses Mémoires, point clé de son oeuvre. Il s’agit du premier tome qui commence par la petite enfance et se termine alors qu’elle débute sa vie d’adulte, termine ses études et rencontre Jean-Paul Sartre.

L’écrivaine raconte ses jeunes années avec un vocabulaire alambiqué et une analyse fine des sentiments traversant l’âme d’une jeune fille de son acabit : d’ascendance bourgeoise, très éveillée, et se détachant progressivement du dictat de l’Eglise. Le récit étaye chaque facette de sa personnalité, ses failles et ses points forts, ses caprices et vanités d’adolescente. Les éléments historiques (née en 1908, elle a vécu deux guerres mondiales) passent en second plan. Simone raconte la vie qu’elle connait : l’héritage parentale ; les études à la Sorbonne ; sa relation chambardée avec son cousin Jacques ; son amitié, en fil rouge, avec sa compagne de classe Elisabeth surnommée Zaza. 

La question de la condition féminine y est très présente, conformément aux idéaux de l’autrice du Deuxième sexe, traité philosophique reconnu de son temps comme un manifeste féministe. Simone grandit en effet dans une famille très catholique et fréquente un collège religieux. Avec surprise lorsque l’on connait un peu ses oeuvres, on découvre qu’elle intégrait pleinement ces valeurs durant l’enfance jusqu’à se projeter dans un couvent ; elle raconte comment elle finit par perdre la foi.

Peu de rebondissements mais le but n’est pas un récit d’aventures, sinon un voyage aux confins de l’âme humaine. Il m’a fallu plusieurs années pour le terminer ; je m’y suis d’abord attaquée après l’achat, vers 25 ans, mais j’ai été vite lassée par une prose très détaillée et faisant la part belle aux aspects philosophiques. Les événements de la grève des femmes de 2019 m’ont donné envie de retenter le coup, curieuse de découvrir l’aube du féminisme et de pouvoir comparer les revendications d’une femme née en 1908 avec celles de 2023. J’ai trouvé que le résultat témoigne d’une quête de l’émancipation allant au-delà des critères de genre. Une émancipation qui passe par l’intellect, la culture, la connaissance du monde. Une ode à la littérature.

Première édition Gallimard, 1958. Edition actuelle : Folio, 2012. 473 pages.

Le parfum des fleurs la nuit – Leïla Slimani

Le parfum des fleurs la nuit – Leïla Slimani

« L’écriture est discipline. Elle est renoncement au bonheur, aux joies du quotidien. On ne peut chercher à guérir ou à se consoler. On doit au contraire cultiver ses chagrins comme les laborantins cultivent des bactéries dans des bocaux de verre. Il faut rouvrir ses cicatrices, remuer les souvenirs, raviver les hontes et les vieux sanglots. Pour écrire, il faut se refuser aux autres, leur refuser votre présence, votre tendresse, décevoir vos amis et vos enfants. »

Leïla Slimani jouit d’une grande notoriété parmi les auteurs francophones depuis son prix Goncourt avec « Chanson douce ». Elle publie ici un témoignage inspiré de son expérience de l’écriture, à la fois livre de souvenirs et réflexion sur le processus créatif. 

L’auteure est en panne d’inspiration lorsqu’on lui propose de passer la nuit dans un musée vénitien afin d’en tirer une chronique. Elle se prête à l’expérience ; vit cet enfermement comme une opportunité dont elle n’est pas certaine de saisir les contours. Le lecteur est happé dans son errance alors qu’elle divague parmi les tableaux, parmi les souvenirs. Elle parle de son rapport à l’art, à la culture. Des contradictions qui l’habitent, elle l’immigrée du Maghreb qui a fait de la double appartenance le thème de nombre de ses livres. En effet, Leïla s’enferme dans un musée pour laisser une trace de cette expérience au monde; elle s’interroge alors sur la dichotomie entre le dehors et le dedans, ou manière d’aimer son pays d’origine dans les souvenirs qu’elle y a laissés, depuis l’extérieur. Par ailleurs, de nombreuses références culturelles sont citées au fil du texte.

Ce livre court intéressera les amoureux du verbe pour qui la lecture ou l’écriture occupe une place privilégiée dans leur vie. La plume de Slimani est aussi belle que les oeuvres d’art qui l’entourent. En revanche, les lecteurs récréatifs trouveront peu d’intérêt à se lancer dans ce témoignage réflexif sur le sens profond d’écrire des livres. Et comme l’intrigue est absente, je préfère terminer cette chronique par des citations qui donneront le ton de cette tirade :

« Dans les années 1980, il n’y avait pas de musée à Rabat. Enfant, je n’ai jamais visité une exposition et le milieu de l’art me paraissait réservé à une élite, celle d’un autre mode. A cette époque, l’art était encore regardé à travers un prisme très occidental et ces peintres marocains que mes parents aimaient n’avaient pas la visibilité qu’ils ont acquise dans les années 2000, avec la vogue de l’art africain. »

« Je haïssais les clôtures, les portes ; frontières et murs m’offensaient. C’est ainsi que j’ai, moi aussi, toujours vécu. Dans ce balancement entre l’attrait du dehors et la sécurité du dedans, entre le désir de connaître, de me faire connaître et la tentation de me replier entièrement sur ma vie intérieure ».

« Un écrivain est maladivement attaché à ses peines, à ses cauchemars. Rien ne serait plus terrible que d’en être guéri. Parfois je me demande : si je devais choisir entre ta survie et l’écriture, qu’est-ce que je ferais ? Bien sûr, il faudrait dire : je préfererais n’avoir jamais écrit et que tu sois là et que nous n’ayons pas souffert. Mais je ne sais pas si je peux dire cela. Montherlant avait raison « Les écrivains sont des monstres. » Des vampires, sans foi ni loi. »

Editions Stock, 2021.

Petite – Sarah Gysler

Petite – Sarah Gysler

« Mon corps se fatigue à cogner contre tous les murs. Selon Goethe, « n’est juste que ce qui est fécond. » Je me demande si je ne suis pas en train de me perdre. Est-ce qu’un jour je trouverai ce qui m’anime? Est-ce que c’est bien judicieux d’écouter les formules d’un vieil allemand mort depuis deux siècles? »

J’ai acheté le livre par hasard, au rayon suisse d’une librairie locale. Je l’ai lu en une fois, puis racheté deux fois pour l’offrir à des proches, puis relu une fois. Un luxe que nous autorise la narration prenante et plutôt courte de l’auteure vaudoise. Voire dans mon cas, une nécessité, tant les propos révoltés de cette jeune fille lasse des conventions sociales m’ont pris au cœur. Je suis tombée amoureuse de « Petite ». Dans ce premier livre et par son récit de vie, Sarah se fait porte-parole de cette génération frileuse de s’intégrer dans un emploi stable et routinier si celui-ci a raison de nos rêves.

Née en région lausannoise d’une mère algérienne et d’un père « qui ne peut plus courir parce qu’il a trop travaillé », elle s’affirme dès l’enfance avec ses différences et sa révolte, qui lui vaudront une adolescence quelque peu malmenée -rupture familiale, harcèlement et l’abandon d’une formation pour la simple raison qu’elle n’y voit pas le sens. Les psys friands de diagnostic la déclarent « hypersensible » ; un qualificatif plus au moins anodin, qui se traduit pourtant par un profond mal-être face à une société consumériste et individualiste. Ce qui la sauve, c’est ce projet de partir à travers l’Europe sans un sous en poche. Elle compte sur son sens de la débrouille -aiguisé puisqu’elle a passé sa vie à s’adapter- et surtout la solidarité des autres pour atteindre le Cap-nord. A partir de là, elle se fera connaître sur les réseaux comme « l’aventurière fauchée » et étanchera sa soif de vivre par ses expériences autour du monde.

Il faut dire que j’adore les histoires de vie, et davantage lorsque les événements me font l’effet miroir ; Sarah déclare avoir lu quelque part que seules 8% de nos peurs sont fondées sur des éléments tangibles, les 92% restant résultant de nos croyances. Ces petites phrases lancées à gauche à droite, qu’on imprime inconsciemment dans un coin de la tête. Du genre « ne va pas là-bas toute seule, c’est dangereux pour les filles. » Le mieux, c’est d’y aller quand même, et de revenir avec des étoiles dans les yeux, riche de découvertes, mais surtout de la conviction que l’on appréhende tous la vie avec des barrières dans la tête pour finalement reconnaître qu’en général, les choses se passent mieux que dans nos scénarios catastrophes. Sarah pense à ces 8% lorsqu’elle décide de quitter la Suisse en stop et dans son cas, l’expérience lui donne raison. Grâce à la bienveillance du genre humain, peut-être aussi grâce à la chance, présente lorsqu’on sait la saisir.

Le texte de Sarah Gysler est un véritable hymne à la vie, un récit de vie à l’encontre de ceux qui, sur les réseaux, déclinent le bonheur à toutes les sauces pour s’en tenir à une face de l’Iceberg.

Edition les Equateurs, 2018.